Critique - Mario & Luigi : Partners in Time

Critique - Mario & Luigi : Partners in Time
Great Saiyen-Man
Nintendo-Québec

Après leur brillante prestation sur GBA dans Mario & Luigi: Superstar Saga, les deux plombiers les plus populaires dans le domaine du jeu vidéo reprennent du service dans leur tout nouveau jeu intitulé Mario & Luigi: Partners in Time, sur Nintendo DS. Au menu, un jeu de rôle, d’action et de plateforme, tout cela, dans un esprit humoristique.

Comme dans la majorité des jeux mettant en vedette le fameux plombier, l’histoire est clichée et pas nécessairement profonde. La princesse a encore réussi à se mettre les pieds dans les plats en se faisant capturer non pas par Bowser, mais par une race d’extraterrestres qui a décidé d’attaquer le Royaume Champignon. Mario et compagnie doit voyager dans le temps pour réussir à sauver à la fois la princesse et le royaume. À bien y penser, l’histoire semble fortement inspirée du dernier chapitre de Paper Mario, publié sur GameCube l’année dernière.

Artistiquement, encore une fois, Nintendo a bien fait son travail. Les graphismes du jeu sont très beaux et débordent de couleurs. On peut remarquer qu’il y a un mélange de 2D et de 3D, ce qui crée une belle ambiance. On peut remarquer le même style du jeu précédent. Pour la musique, le tout est bien réalisé et fidèle à l’univers de Mario. En effet, en plus d’être bonne, elle donne une atmosphère très intéressante dans le jeu, et parfois on peut remarquer de vieux segments classiques tirés des premiers jeux du personnage culte. Les sons sont aussi de bonne qualité. Par exemple, on peut entendre nos plombiers préférés parler en italien, ce qui contribue ainsi à l’aspect humoristique du jeu.

Encore une fois, les combats sont très interactifs dans le sens où le joueur peut réagir activement aux attaques des ennemis et peut modifier ses propres attaques en effectuant une série de commandes. Par exemple, il est possible d’infliger une attaque double si le joueur appuie d’abord sur le bouton attribué à Mario bébé lorsque Mario adulte attaque. Le jeu utilise la formule de plusieurs façons et, même si le tout devient parfois mélangeant, ça fonctionne bien et le plaisir y est.

Les contrôles sont faciles à utiliser. D’abord, pour vous déplacer, vous devrez utiliser la croix directionnelle. Les boutons L et R vous serviront à changer les icônes d’action lors des combats. Start vous permettra d’ouvrir la valise, qui vous conseillera de temps en temps pour vous apprendre à maîtriser des techniques de combat et entreposera les objets ramassés ainsi que les équipements. Finalement, les derniers boutons serviront à prendre les commandes de chacun des quatre personnages du jeu, donc à faire diverses actions individuelles. Ainsi, vous contrôlerez Mario avec A, Luigi avec B, Baby Mario avec x et Baby Luigi avec y. De plus, dans le jeu, vous n’aurez pas à utiliser l’écran tactile, mais contrairement à l’écran du bas la fonctionnalité des deux écrans servira, ceux-ci sont d’une grande utilité durant le jeu. En effet, à certains endroits, les frères doivent prendre des voies différentes. Les bébés jouent alors sur l’écran du haut alors que les adultes, sur celui du bas. On peut également voir s’afficher la carte de l’environnement exploré sur l’écran du haut.

La durée de vie est très raisonnable, il y a tellement d’énigmes à résoudre et de combats à faire contre les nombreux ennemis qu’il vous faudra du temps avant de voir la fin du jeu.

Pour conclure, Partners in Time est un excellent jeu de rôle qui utilise les fonctionnalités du DS de façon beaucoup plus mature que les autres titres parus sur la console. Ce nouveau Mario & Luigi plaira sans aucun doute à ceux qui avaient apprécié son prédécesseur. Ce jeu offre une jouabilité solide qui combine les genres aventure et jeu de rôle de façon innovatrice en l’appuyant avec des volets artistiques bien réalisés.

Dernière mise à jour: 20 décembre 2005 à 15:00

Recommandations

Conception - Thomas Thibault-Vincent
411 Films | 152 Nouvelles | 155 Vidéos
Digital Québec ©2009-2017. Tous droits réservés.