Harry Potter 1 à 7 - le Prince de sang-mêlé

Harry Potter 1 à 7 - le Prince de sang-mêlé
Great Saiyen-Man
Digital Québec

Le sixième épisode de la série Harry Potter marque un retour aux sources, le mystère et le plaisir des cours dans Poudlard sont de retour en force ainsi que le fameux Quidditch. Le film reste tout de même dans une zone ténébreuse, la brutalité est présente et les mangemorts sont d’attaques. Par contre, l’ensemble est bien ficelé, les coupures entre le dramatique et le comique sont bien effectuées.

En premier lieu, je dois vous avouer qu’il s’agit de mon film préféré de toute la série (incluant les reliques de la mort: partie 1, la critique sera disponible demain!). Malgré les quelques défauts apparents et si le niveau technique et artistique est inférieur au prisonnier d’Azkaban et même à la Coupe de Feu, il n’en demeure pas moins que le film exprime parfaitement le rythme et l’essence même de l’univers d’Harry Potter.

C’est rendu une habitude, on ne peut se permettre de passer à côté du film, ils apportent beaucoup de nouveaux éléments et c’est l’intrigue qui en prend un grand coup. Le Prince de sang-mêlé est l’un des volets importants de la série.

Voici un résumé du volet:

Voldemort exerce à présent son pouvoir grandissant et le monde entier est en danger. Severus Rogue est le nouveau professeur de Défense contre les Forces du Mal et Harry se méfie de plus en plus de lui et de son honnêteté. Drago Malefoy serait devenu un Mangemort chargé d'une haute mission par Voldemort. Harry éprouve des sentiments pour Ginny Weasley qu'il n'ose exprimer à cause de son ami Ron qui devient gardien de l'équipe de Quidditch de Gryffondor. Pendant un cours, Harry récupère un ancien livre appartenant à un certain « Prince de Sang-Mêlé » qui lui sera bien utile et Dumbledore lui fera découvrir le sombre passé de Voldemort à Harry via la Pensine afin de lui indiquer comment le tuer.

Critique:

Le réalisateur David Yates avait très bien fait avec le cinquième film malgré un scénario défectueux et il revient de nouveau avec une réalisation adéquate. Le film est ravissant, la touche artistique est très bien adaptée à la trame émotive et la musique de Nicholas s’est nettement améliorée et est digne de la prestance que la série dégage. Les effets sont excellents comme toujours, les scènes de Quidditch n’ont jamais paru aussi réelles, il faut dire que la technologie a évolué depuis l’école des sorciers.

Pour ceux qui ont lu le roman, il est un peu décevant de constater que l’adaptation n’est pas tout-à-fait fidèle, mais on comprend que la production a voulu, comme avec le Prisonnier d’Azkaban, mettre l’accent sur l’aspect émotif du personnage principal Harry Potter au détriment des autres personnages et de présenter un monde en danger et toujours sur le qui-vive. Malgré tout, le film s'assure de couvrir tous les points importants du livre tout en gardant le spectateur dans le mystère.

Les acteurs Daniel Radcliffe, Rupert Grint et Emma Watson livrent une performance du même niveau que dans le volet précédent. Entre les trois, je crois que Rupert Grint est celui qui se démarque le plus. Comme toujours, les acteurs de soutien sont toujours aussi bons. Le nouveau venu Jim Broadbent incarne parfaitement le côté bouffon, gracieux et frivole d’Horace Slughorn.

Il est bien évident que le Prince de sang-mêlé n’est pas aussi innovateur que le Prisonnier d’Azkaban, mais on ressent beaucoup l’influence et c’est dans cette optique que ce volet réussit son mandat.

Quelques indices pour le septième film:

  • Les horcruxes
  • Le Prince de sang-mêlé
  • La relation entre Harry et Ginny
  • La caverne

*Ne manquez pas la critique de Harry Potter et les Reliques de la Mort: Première partie demain!

Dernière mise à jour: 18 novembre 2010 à 00:00

Recommandations

Conception - Thomas Thibault-Vincent
411 Films | 152 Nouvelles | 155 Vidéos
Digital Québec ©2009-2017. Tous droits réservés.